Montag, 13. Juni 2011

Devrais-je écrire qqch sur la fameuse expo?

Qu’est-ce que l’art déco ?

Sous le nom d’art déco, largement usité aujourd’hui pour faire référence aux créations de l’entre-deux-guerres, se cache une réalité bien précise. Il s’agit d’un style propre aux années 20, qui toucha tous les domaines de la création artistique. Peinture, sculpture, mais aussi les ouvrages d’art décoratif, ou d’art appliqué, destinés à l’embellissement de l’architecture et du mobilier : tissus, mobilier, verrerie.
 
Apogée et chant du cygne du style art déco

En organisant une manifestation d’envergure entièrement consacrée aux Arts décoratifs modernes, le gouvernement français et la municipalité parisienne souhaitaient redonner une impulsion à l’industrie du luxe après la douloureuse césure de la première guerre mondiale et face à la concurrence toujours plus grande des productions étrangères.



Comme son nom l’indique, l’exposition avait un caractère international et, hormis l’Allemagne, la plupart des pays d’Europe y participèrent. 


 

Vue générale de l’Exposition 1925
 
Chacune des vingt-et-une nations possédait ses propres pavillons, dans lesquels étaient exposés les ouvrages les plus significatifs des travaux d’art décoratif moderne. La France, en qualité d’organisatrice, possédait plusieurs pavillons dédiés tant à ses colonies qu’à ses manufactures.

Le public accédait à ce vaste parc d’attraction culturel et artistique par l’entrée gigantesque installée sur la place de la Concorde. L’Esplanade des Invalides constituait l’un des coeurs de l’exposition. Quatre tours immenses, conçues par l’architecte Plumet et décorées par les plus grands noms de l’art déco, y délimitaient le périmètre consacré aux productions françaises.

Couronnée de succès, l’exposition fut visitée par plus de 15 millions de promeneurs ébahis.


 sa

La Tour de Bordeaux, Plumet architecte.
Au milieu La Vigne de Janniot 

Statue polychrome, 15 m de haut.
 


Le Pavillon du Collectionneur est l'emblème du style art déco. Le célèbre ensemblier Ruhlmann réalisa pour l’exposition de 1925 un pavillon reproduisant « l’intérieur idéal » du collectionneur moderne.



Pavillon Ruhlmann dit "du Collectioneur", 
P. Patout architecte. 

Ami de Ruhlmann, Alfred-Auguste Janniot fut largement mis à contribution pour la décoration de ce bâtiment art déco. Il sculpta le gracieux Hommage à Jean Goujon, un groupe de trois muses installé à l’entrée du pavillon. L’oeuvre lui ouvrit les portes d’un succès mérité, tant sur le plan institutionnel que celui du mécénat privé.

sa
                                                                           Hommage à Jean Goujon 
                                                    
    Statue polychrome, 220 x 235 cm 

L’Exposition de 1925 a donné un essor considérable à la création artistique et industrielle du luxe. Manifestation élitiste, elle donna une place de premier ordre aux artistes du courant de l’art déco, toutes disciplines confondues. Pourtant, ce rayonnement annonçait aussi l’inévitable transition des années folles aux années 30. L’Exposition minimisa encore ce passage du raffinement art déco vers le rationalisme architectural du Modern Style, incarné par les architectes Mallet-Stevens et Le Corbusier. Le Pavillon de l’Esprit Nouveau, conçu par ce dernier et décoré de tableaux de Fernand Léger, offrait un premier témoignage significatif des voies nouvelles d’une avant-garde promise à triompher quelques années plus tard.

Cliquer pour agrandir l'image

Keine Kommentare:

Kommentar veröffentlichen